Conseil municipal du 18 Juin 2015 : M. le Maire empêche un conseiller municipal d’intervenir dans le débat sur les activités périscolaires

Lors de ce conseil municipal, la décision de reprendre la gestion des TAP ou NAP par la mairie est prise.

J’ai préparé une intervention que je ne pourrai pas lire car Mr le Maire décide de me faire taire.

Voici cette déclaration:

Mesdames Messieurs les conseillers, Mesdames Messieurs,

Si je prends la parole aujourd’hui, où nous sommes réunis pour délibérer au sujet

de la réforme des rythmes scolaires, c’est à la fois pour donner place à une parole peu

entendue et pour expliquer mon vote.

Un peu d’histoire de 1945 à 1972 le jour de repos des élèves est le jeudi, et

jusqu’en 2007 les élèves vont à l’école le samedi matin.(Décret Darcos de Mai 2008 à

Loire jusqu’en 1990).

La réforme actuelle, votée en 2013, est née du constat fait par un grand nombre de

professionnels : un nombre de jours d’école faible (140 contre 190 au royaume unis et 208

en Allemagne) et des journées trop chargées (24 heures d’enseignement sur 4 jours

contre 15 à 20 sur 5 à 6 jours en Allemagne et 21 à 25 heures sur 5 jours au royaume

unis).

Dans notre commune, il a été décidé de mettre en œuvre la réforme à la rentrée

2014 et d’en confier la gestion entière à l’association des familles au travers de son centre

de loisirs « La Passerelle ».

Je voudrais ici, solennellement et chaleureusement, remercier l’ensemble du

personnel de la Passerelle pour sa détermination et son investissement auprès des

enfants.

En disant cela je veux dire qu’ils se sont, souvent, sentis bien seuls à voir l’aspect positif

de cette réforme et à toujours garder l’intérêt des enfants comme ligne de conduite.

Il n’est pas exagéré de penser que la mise en œuvre de cette réforme a rencontré de

nombreuses réticences, pour ne pas dire, au début, de la mauvaise volonté de la part des

« garants du bien-être de l’enfant », j’entends ici les élus, les parents et les enseignants.

Aujourd’hui, la situation semble avoir évolué, la mairie redevient maître d’œuvre de

la mise en place et de l’organisation des activités périscolaires.

Le Comité de pilotage propose un passage à 3 heures le jeudi après-midi.

Trois choix s’offraient à nous :

– 3/4 d’heure d’activités 4 fois par semaine

– 1h30 deux fois par semaine

– 3 heures un jour par semaine

Personnellement, ma préférence allait vers la deuxième possibilité, deux fois 1h1/2

par semaine, solution qui répondait à beaucoup de préconisations liées à l’enquête menée

par Aurélie Trémeau-Louviot :

– des temps d’activité suffisants pour permettre des déplacements et des contenus

intéressants.

– une réduction de la journée d’apprentissage deux jour par semaine.

– contact entre les parents et les institutrices deux jours par semaine.

Elle est une solution médiane souvent gage d’équilibre. Cela explique pourquoi je

voterai contre le changement à 3 heures par semaine.

La problématique des horaires est une partie importante de la réforme mais les

contenus de ces temps périscolaires doivent maintenant être au cœur de nos

préoccupations. La loi prévoit que la réforme doit se faire avec le tissu associatif, culturel

et sportif local.

Je fais confiance à Sébastien Pech, nouveau responsable d’animation des NAP à la

mairie (nouvelles activités périscolaires) pour prendre contact avec les associations et les

intervenants culturelles et sportifs du secteur.

Je regrette le manque de temps pour effectuer ces démarches ainsi que le peu

d’heures de travail proposées aux animateurs.

Les associations de Loire sur Rhône peuvent devenir des acteurs incontournables

de ces TAP, en étant force de proposition .

Je suis moi-même président d’association et je serai ravi, avec l’ensemble des

membres de l’association, de proposer des activités lors de ces temps périscolaires,

notamment autour du jardin, qui constitue une des activités-phares de l’association.

J’espère que d’autres associations suivront dans l’intérêt des enfants, termes

utilisé très souvent ces derniers temps sans que la transcription dans les faits ne soit

toujours évidente.

Nos enfants sont notre avenir et ils méritent que nous proposions pour eux le

meilleur.

Je formule le souhait que dans un an, nous puissions nous féliciter de la manière

dont ces activités périscolaires auront été traitées.

Je vous remercie de votre attention.

 

Dominique Jachez

Conseiller Municipal

Membre de la commission des affaires scolaires

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.