Haïku #34

Des milliers de fourmis rouges

Sous une salade

Grappe de cuivre qui bouge.

Valérie SANTINI

11 mai

Encore une semaine

Et libérer nos peines.

Revoir les amis perdus,

Parler à un inconnu.

Percevoir dans les yeux

L’étincelle des gens heureux.

Dominique BONNAND

Les jeunes de mon village

Ils restent à la maison.
Ils se parlent des balcons,
Et contemplent les nues,
Des fenêtres sans vue.
Ils errent seuls par les rues,
Cherchent une cigarette
Qu'ils fumeront en cachette.
Certains aident leurs parents
Et poussent des brouettes.
Ils sont vraiment patients.
Même s'ils transgressent les règles parfois,
S'ils revendiquent le droit
De sortir de leur cage,
Si certains ont la rage.
Rêvent-ils d'évasion,
De fêtes et de chansons,
De bars et de concerts,
De faire ce qu'ils ont à faire ?
Faire des trucs de leur âge.
Les jeunes de mon village. 

Valérie SANTINI

Sur un air de Boris Vian

On n’est pas là pour se faire engueuler.

On sait qu’il faut rester confinés.

On n’est pas là pour se faire menacer.

On n’est pas des perdreaux de l’année.

Si vous voulez nous infantiliser

Faudra pas vous plaindre à l’Elysée.

Alors VERAN baissez donc d’un ton.

Ayez un peu de considération.

Arrêtez d’nous prendre pour des cons.

Valérie SANTINI

Haïku #33

Idir, comme un sourire

De la tendresse dans mon cœur

A jamais dans les étoiles.

Anne-Marie SANCHEZ

Haïku #32

Qui a vidé les prisons,

Rempli les salons ?

Mais c’est le gouvernement!!!!!!!!!!!

Valérie SANTINI

Sur l’air du « zizi »…

 " - Pour pouvoir sortir tout'la journée,
  Oh gué, oh gué, 
Il faudra mettre un masque sur son nez. "
 Oh gué, oh gué.
Nous a dit le Président,
Dans un discours effarant.
" - Personne ne s'embrass'ra plus,
Même à travers l'tissu. "
Le problème c'est qu'il sont tous en Chi-ine.
On peut pas y aller car on confi-ine.


REFRAIN :
Où, où, où, où sont les masques par chez nous ?
On n'en a plus.
On est foutus.
On est panés.
On est bernés.
Le seul moyen d's'en procurer,
C'est bien de se les fabriquer.
Où, où, où, mais où sont les masqu's par chez nous ?  

 

De l'Ehpad tu sors la couturière,
Oh gué, oh gué.
La machine à coudre, le fil de fer.
 Oh gué, oh gué.
Tu veux trouver des tutos
Sur le net. Mais y en a trop.
Du coup tu chopes le gobu.
Mon pauv'vieux t'es d'la r'vue.
Quand t'auras trouvé le bon modè-èle,
Des masques tu en feras à la  pe-elle.


Le plus dur c'est d'choisir le tissu.
Oh gué, oh gué. 
Oh! j'ai dit : " choisir ", n'en parlons plus.
 Oh gué, oh gué.
T'as perdu tout'les aiguilles.
T'as plus d'fil, c'est la folie.
Heureus'ment y a de la colle.
Il t'en reste un plein bol.
En plus y a pénurie d'élasti-iques,
Pour les attacher, c'est la pani-ique.


REFRAIN


Une fois fabriqués, faut les porter,
 Oh gué, oh gué,
Même tout de travers tu fais le fier,
 Oh gué, oh gué.
D'avoir été ingénieux,
D'avoir tout fait de ton mieux.
Même si tu es ridicule,
T'éloigne les particules.
Et même si tous les passants rigo-olent,
Au moins t'as suivi le protoco-ole.


REFRAIN DE FIN :
On, on, on, on, on, on a des masques par chez nous.
On peut sortir de nos tanières.
Aller au bar pour boire des bières
Avec un'paill' bien entendu.
T'as fait un trou, t'as tout prévu.
Ca y est, ça y est, on a des masques par chez nous. Chez nous!!!!!!!!!!   

Valérie SANTINI

Deuil en vert

Robert HERBIN, poteau carré,

Vers d’autres cieux, s’en est allé.

Sur SAINT-ETIENNE, pluie est tombée.

Des Stéphanois, larmes ont coulé.

Alors une vague a gonflé

Et déferlé dans la vallée.

Valérie SANTINI

Haïku #31

Solitaires et confinés,

Robinsons forcés,

Mais à quand la liberté ?

Valérie SANTINI

Haïku #30

Weekend sans haïku

la poésie suspendue

la chaîne interrompue.

Dominique BONNAND